lundi 28 février 2011

L'aveu d'un échec humiliant pour la France et les Français


La mise à l’écart de Michèle Alliot-Marie, le chef de la diplomatie française signe le fiasco total de la politique étrangère conduite par Nicolas Sarkozy et son gouvernement particulièrement depuis le début des révolutions arabes.

Cet échec consternant est humiliant pour la France et les Français.
L’Histoire de la République les valeurs universelles qui sont les siennes confèrent des devoirs particuliers au Président de la République Française.
Ce devoir exige du Président de la République Française qu’il se place sans a priori, sans calculs, sans préalable ni conditions du côté des combattants pour la liberté et pour la démocratie.
Ce sont ces valeurs de solidarité, de démocratie, de respect des droits de l’homme et des cultures dans le monde qui ont expliqué le choix de Jacques Chirac de ne pas soutenir l’intervention de l’Amérique de Georges Bush en Irak.

Ce sont ces valeurs qui ont conduit François Mitterrand à Sarajevo aux côtés de la population bosniaque assiégée.

Si la France de Nicolas Sarkozy a raté le rendez vous du printemps arabe c’est parce qu’elle a tourné le dos à nos valeurs.

Mais ce dernier épisode est hélas cohérent avec les choix de politique étrangère de la France depuis 4 ans:
- Le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy en peignant le tableau d’une Afrique et d’un homme Africain immobile, prisonnier d’une nature immuable a suscité l'indgnation des dirigeants et de l’homme de la rue dans toute l’Afrique et au delà.
- L’alignement sur les orientations stratégiques des Etats Unis en réintégrant le commandement militaire de l’Otan nous a conduit dans le piège Afghan sans objectifs clairs ni calendrier de retrait.

- Enfin en Europe, La France s’aligne sur la vision allemande de l’avenir de l’Union européenne en cosignant le pacte d’austérité proposé par Madame Merkel et qui promeut la modération salariale, la baisse des protections collectives et la suppression de nombreux services publics.
Face à ce fiasco, une démission, c’est bien peu.

Plutôt que de faire une nouvelle fois le pari de la peur et de concevoir l’étranger comme une menace permanente, il faut changer de politique étrangère.

Les Français le savent, le monde entier aussi, c’est en mai 2012 que la France aura l’occasion de retrouver sa place, son rang et son influence dans le monde.

dimanche 27 février 2011

Les réunions publiques des candidats PS

Mardi 01/03 à 18h : réunion publique à Prémilhat (Bernard Pozzoli)

Mercredi 02/03 à 19h : réunion publique à Fonbouillant (Bernard Pozzoli)

Vendredi 04/03 à 20 h 30 : réunion publique à Villebret (Patrick Maire)

Lundi 07/03 à 18h : réunion publique à Quinssaines (Bernard Pozzoli)

Mercredi 09/03 à 18h : réunion publique à Lamaids (Bernard Pozzoli)

Mercredi 09/03 à 19h : réunion publique au Centre commercial de Bien Assis (Marc Malbet)

Mardi 15/03 à 18h : réunion publique Salle Salicis (Bernard Pozzoli)

samedi 26 février 2011

Le dessin du jour

sarkopernaut153copie.jpg

vendredi 25 février 2011

Chiffres du chômage : une communication du gouvernement totalement déplacée

Le nombre des demandeurs d'emploi n'ayant exercé aucune activité a reculé de 0,7% en janvier 2011 par rapport à décembre 2010. (c) Afp

Depuis 24 heures, les ministres se relaient pour annoncer une prétendue baisse importante du nombre de demandeurs d’emploi. Les chiffres qui viennent de tomber montrent une réalité malheureusement très différente. La baisse n’est que de 300 (catégories A, B et C), ce qui est bien dérisoire après la hausse importante du mois précédent. Cette attitude, jouant avec les espérances de nombreux chômeurs qui attendent un avenir meilleur sur le front de l’emploi, est déplacée.


On attendrait de nos gouvernants qu’ils agissent au lieu de se gargariser sur les plateaux de télévision. Invité hier soir au 20 heures de TF1, Xavier Bertrand a même osé évoquer « la baisse importante » du chômage. Mais le choix de ne parler que des chiffres du chômage de la catégorie A, pour laquelle le nombre de demandeurs d’emploi diminue au mois de Janvier de 0,7%, ne doit pas faire illusion. Ce gouvernement est passé maître dans l’art de minimiser la réalité du chômage en France et d’ignorer la souffrance de centaines de milliers de Français.

S’agissant des catégories B (demandeurs d’emploi ayant travaillé moins de 78 heures dans le mois) et C (demandeurs d’emploi ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois) ce nombre augmente de +19.000. L’augmentation significative du nombre de ces demandeurs d’emploi dans ces deux catégories constitue en l’état une singularité inquiétante et révélatrice d’une véritable explosion de la précarité en France

Le gouvernement, parce qu’il n’a pas de politique de l’emploi, n’a pas de résultat sur l’emploi. D’autres choix étaient possibles, comme ceux faits en Allemagne, qui ont permis à ce pays d’observer une baisse importante du chômage. Sans vraie politique de l’emploi et sans une autre politique économique, cette situation de hausse globale du chômage, accompagnée de quelques baisses marginales, peut perdurer encore longtemps. Nous demandons au gouvernement de cesser cette politique de l’autruche et d’accepter enfin d’agir à la hauteur des besoins par une vraie politique de relance.

jeudi 24 février 2011

L'éditorial de Libération

Boucher

Par François SERGENT

Les discours des dictateurs arabes aux abois se suivent et se ressemblent. Même si Kadhafi a confirmé en quatre-vingt-dix minutes de discours la dimension délirante et pathologique de son personnage.

Mais, comme Ben Ali et Moubarak, il a montré sa totale dissociation du réel. Il ne veut pas voir que son peuple est en révolte, qu’il n’en peut plus de sa dictature et que la jeunesse libyenne est prête à mourir pour qu’il s’en aille. Près de deux générations de Libyens n’ont connu que sa règle absolue, sa famille prédatrice et corrompue. Jamais les revenus du pétrole de ce pays peu peuplé n’ont été redistribués. Aujourd’hui, Kadhafi n’a plus même confiance en son armée et ce sont des mercenaires qui assurent la sécurité en ses palais et répriment sauvagement la révolte. C’est pourtant ce même homme qui a été reçu avec tous les honneurs par Sarkozy et par les autres responsables occidentaux, prêts à lui vendre des armes ou même, pour la France, des centrales nucléaires. Sarkozy, Blair comme Berlusconi doivent reconnaître leur erreur fatale. Les dirigeants occidentaux doivent demander le départ de ce dictateur qui fait de Tienanmen et de Falloujah ses références en matière de maintien de l’ordre. Qui est prêt à massacrer tout un peuple pour rester au pouvoir. Bien sûr, dans un pays disloqué par une tyrannie, sans société civile, sans partis politiques, la fin de Kadhafi est lourde de risques et de dangers. Mais rien ne peut justifier que ce «boucher», pour reprendre ses propres termes, reste au pouvoir.

mercredi 23 février 2011

Un G20 « finances » inquiétant, sans perspective pour l’avenir

Malgré le satisfécit du gouvernement, la réunion des ministres des finances des pays membres du G20 s’est terminée sans avancée et sans perspective pour l’avenir.

Il n’y a eu d’accord que pour sauver la face. Ce résultat est inquiétant : la profusion d’indicateurs retenus a fait perdre tout sens à une démarche qui visait à mesurer les déséquilibres entre pays dans le but de les corriger. Les réserves de changes et les taux de changes n’ont pas été retenus. Et, en tout état de cause, les indicateurs définis n’auront qu’une portée « indicative » et ne constitueront en rien des objectifs.

Nous sommes loin du volontarisme et des grands discours de Nicolas Sarkozy, qui se résigne aujourd’hui à avertir des risques d’un retour à la défense des intérêts purement nationaux.

Le G20 patine de plus en plus. L’emploi et la croissance ne sont jamais cités comme des objectifs et alors que la reprise est encore très fragile, les gouvernements conservateurs prennent le tournant de l’austérité généralisée. L’Afrique est toujours la grande oubliée de ces réunions.

Il est pourtant urgent de réagir, sous peine de voir nos pays replonger dans la crise et les pays du Sud durablement appauvris par la volatilité des cours des matières premières et l’instabilité des flux financiers.

Depuis plusieurs mois, le Parti socialiste européen et en son sein le Parti socialiste français ne cessent de proposer des mesures progressistes qui permettraient à la fois de refaire passer l’économie réelle avant la finance et de dégager des ressources pour financer des politiques de soutien à l’activité.

S’agissant de la stabilité du système financier international, les socialistes ont fait des propositions :
- tous les produits dérivés, y compris les produits hors bourse (OTC) doivent être régulés,
- la vente à découvert sans contrepartie doit être interdite,
- une taxe sur toutes les transactions financières de 0,05% doit être introduite.
- pour les banques, la séparation entre les activités de dépôts et d’investissement.

S’agissant de la stabilité monétaire, le Parti socialiste demande également au Président de la République d’œuvrer, dans le cadre de la présidence française du G20, à la mise en place d’une monnaie de réserve mondiale.

Enfin, il est urgent de prendre des mesures qui mettront réellement fin aux paradis fiscaux, à la fraude et à l’évasion fiscale, à l’évasion réglementaire et au blanchiment d’argent, en interdisant aux banques et aux établissements financiers de travailler avec les paradis fiscaux.
Communiqué du Bureau National

mardi 22 février 2011

Gaz, électricité, pétrole: les cours flambent, et les factures avec

A chaque fois, on vous explique que c'est pour votre bien. Réjouissez-vous donc.

Les cours, toujours orientés à la hausse?
Les cours, toujours orientés à la hausse? | Montage Le Post

Le prix du gaz augmente, mais vous devriez vous réjouir

+20% en un an. L'inflation ridiculisée, l'augmentation des billets de train à la SNCF enfoncée, la hausse du prix du gaz est en passe de battre des records. D'après Le Figaro, après 9,7% en avril 2010, +4,7% en juillet 2010, on aura droit à +5% en avril 2011!

Et le pire, c'est qu'on devrait s'estimer heureux. D'après un spécialiste, toujours dans Le Figaro, si on avait gardé l'ancienne méthode de calcul - tenant compte des contrats d'approvisionnement à long terme- l'augmentation aurait plutôt tourné autour de 10%. Alors que grâce à la nouvelle méthode, basée sur les meilleurs prix du marché, ce serait un peu moins de 5%.

Le prix du pétrole augmente, mais vous devriez vous réjouir

Avec les évènements au Bahreïn et en Libye (sans compter les soubresauts dans d'autres pays), le cours du pétrole grimpe à niveau historique. Lundi, on frôlait les 105 dollars le baril (contre 150 dollars en 2008). Si les marchés craignent une contagion aux autres gros pays producteurs, on ne devrait pas trop s'inquiéter pour la production libyenne..

Denis Florin, expert en production du pétrole chez Bearing Point explique sur Europe 1 qu'on ne doit pas trop s'inquiéter pour les installations pétrolières en Libye (mais qu'en revanche Total et les autres compagnies pétrolières présentes sur place font bien d'évacuer leurs personnels): "pour le parti au pouvoir, quelle que soit la dureté de la guerre civile, il fait préserver ces installations, car elles constituent une source de revenus. Pour le parti qui veut prendre le pouvoir, il faut minimiser les dégâts, pour récupérer au plus vite la rente pétrolière." L'histoire montre que les révolutions qui réussissent sont celles où l'activité économique reprend juste après le changement régime...

Le prix de l'électricité augmente... mais vous devriez vous réjouir d'en avoir un si bas pendant si longtemps

C'est en tout cas l'avis de Charles Beigbeder, président de Poweo, dans Le Parisien. La nouvelle loi sur les tarifs de l'électricité va grosso modo entraîner une hausse de 5% annuelle. "Les prix de l'électricité en France sont anormalement bas" explique Charles Beigbeder. Cela freine l'innovation dans la lutte contre le gaspillage de l'énergie. Quand cette dernière n'est pas chère, on ne fait pas attention à sa consommation."

Tout ça à cause d'une nouvelle règlementation qui obligera EDF à vendre 25% de sa production à ses concurrents qui n'ont pas de centrales nucléaires. EDF veut un prix élevé, les autres non, et on devrait couper la poire en deux en assurant à l'opérateur historique une croissance mécanique de ses revenus.

lundi 21 février 2011

Nouvelles du Parlement Européen

Le journal d'Henri Weber, notre eurodéputé:

dimanche 20 février 2011

Le dessin du jour

sanstitre13.jpg

samedi 19 février 2011

Coût du travail en France : le gouvernement pris en flagrant délit de manipulation de l’opinion

Le gouvernement a une obsession : faire comprendre aux français qu’ils coûtent trop cher et qu’ils ne travaillent pas assez. Pour cela tous les moyens sont bons, notamment l’utilisation de chiffres qui ne traduisent absolument pas la réalité. Et pour cause, pour connaître le coût du travail en France dans le cadre de l’évaluation de notre compétitivité par rapport à celle des Allemands, Eric Besson a chargé le « Centre d'observation économique et de recherche pour l'expansion de l'économie et le développement des entreprises », cabinet de conseil proche du patronat et peu enclin à contredire le discours du Medef, de lui remettre un rapport sur la question.
Le rapport remis au gouvernement utilise des analyses de l’Insee qui faisaient apparaître un coût du travail Français nettement plus élevé que celui des Allemands (jusqu’à 4 euros d’écart dans l’industrie) envoyées à Eurostat fin 2010. Alors que dès le 21 janvier 2011 une erreur majeure de calcul avait été décelée et qu’Eurostat ne prenait plus en compte ces données concernant la France, ce que l’institut de la statistique avait elle même convenu, ce rapport a malgré tout été publié. Alors qu’il était pertinemment conscient que l’erreur de calcul faussait radicalement le rapport de compétitivité entre la France et l’Allemagne (la nouvelle méthode de calcul devant témoigner d'un niveau relativement proche entre les deux pays), le gouvernement a préféré donner une large couverture médiatique à ce rapport en expliquant sans vergogne que les Français n’étaient pas assez compétitifs.
Avec une telle sous-estimation retenue dans un rapport diffusé massivement par le gouvernement et repris largement dans la presse, à un moment où le gouvernement connaissait le caractère caduque des chiffres qu’il utilisait, le Parti socialiste ne peut que dénoncer ce qui s’apparente à une regrettable tentative de manipulation de l'opinion publique.
Le Parti socialiste appelle le gouvernement à se féliciter de la bonne productivité horaire des salariés français au lieu de sans cesse nier cette réalité dans le seul but de pouvoir appliquer son programme d’austérité salariale et de baisse des cotisations patronales.

vendredi 18 février 2011

Bernard Pozzoli écrit au Délégué Départemental de la Poste au sujet du bureau de Fontbouillant

A Monsieur Guy Pélangeon, Délégué Départemental, Groupe La Poste,

Le 15 janvier dernier j’écrivais au Groupe La Poste pour demander des précisions sur le bureau de poste de Fontbouillant,à Montluçon.

J’écrivais notamment :

« Je me permet de vous solliciter pour savoir exactement ce qu’il en est, s’il va vraiment être fermé et pour combien de temps et si toutes les solutions alternatives ont été recherchées car cette fermeture éventuelle porterait un préjudice au quartier, à la population, au service et à l’image de La Poste. D’autre part pouvez-vous me donner des garanties quant à la pérennité de ce bureau de postes et aux moyens qui lui seront affectés. »

Madame Lydia Boyer m’a contacté suite à ce courrier et m’a proposé un rendez-vous, après la réunion de la commission départementale de présence postale territoriale.

C’est ainsi que je l’ai rencontrée lundi 14 février 2011 à la mairie de Prémilhat.

Elle m’a expliqué que le bureau de poste de Fontbouillant fermerait au moins un mois en mai 2011 et ne serait remplacé que par un relais poste urbain au tabac-presse, ce qui peut être utile pour ce commerce touché par les travaux qui n’en finissent pas dans ce quartier.

Madame Boyer m’a également précisé qu’il serait à nouveau fermé en fin d’année pour des travaux de rénovation.

J’ai d’ailleurs eu confirmation de ces informations par le journal local La Montagne qui rend compte d’une visite sur le terrain que vous avez faites la semaine dernière en compagnie de différents élus et responsables. Je veux que vous sachiez que le conseil général, pourtant partenaire de l’ANRU, n’a pas été invité et que vous ne m’avez pas sollicité alors que je vous avais écris il y a un mois sur ce sujet.

Je trouve cette attitude un peu cavalière et assez inappropriée dans cette période car cette rencontre ressemblait à s’y méprendre à une démarche électorale à laquelle vous vous seriez prêté.

Pour ce qui concerne le bureau de poste de Fontbouillant je veux vous répéter que je suis attaché au service public que doit rendre le Groupe La Poste, et je pense qu’il est encore temps de réfléchir à d’autres solutions permettant aux clients de ce quartier classé en zone urbaine sensible de continuer de bénéficier de tous les services, notamment financiers, de La Poste, sans être obligés d’aller à Bien-Assis, en Ville-Gozet ou en centre ville.

En effet pourquoi ne pas cumuler les fermetures prévues pour la démolition du bâtiment E et pour la rénovation du bureau de Poste ? Vous pourriez fermer 3 ou 4 mois si nécessaire et installer dans des locaux actuellement libres sur le quartier un vrai bureau de Poste provisoire de plein exercice.

Je sollicite l‘examen de cette alternative pour ne pas ajouter des difficultés à des familles qui trop souvent en connaissent déjà suffisamment.

Dans l’attente de votre réponse recevez, Monsieur le Délégué Départemental, l’expression de mes sincères salutations.

Bernard Pozzoli

Vice-président du Conseil général de l’Allier

jeudi 17 février 2011

Financement de la Région à Fontbouillant

Justice : les rapports d’inspection invalident les accusations hâtives de Sarkozy

Les conclusions des inspections diligentées dans l’affaire Laetitia confirment l’inconséquence des accusations péremptoires et inacceptables de Nicolas Sarkozy contre les personnels ayant eu à connaître du suivi de Tony Meilhon.

Elles confirment ce que tous ne cessent de souligner depuis des mois : l’absence de moyens et l’impossibilité de faire face à la charge de travail.

Cette situation est le fruit de l’accumulation frénétique de nouvelles législations sans que les moyens nécessaires ne soient dégagés. Il serait inacceptable de désigner un bouc émissaire pour sauver la face et de faire porter la responsabilité d’une insuffisance structurelle sur des agents de l’Etat mis dans l’impossibilité de mener à bien leurs missions.

Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et agir enfin. Il doit prendre les décisions qui s’imposent et dont cet épisode démontre l’urgence et la nécessité. Les annonces du Garde des Sceaux pour répondre aux besoins sont encore bien loin d’être à la hauteur.

mercredi 16 février 2011

La France dernière de l'OCDE pour l'encadrement des élèves

Le Monde.fr

Des enseignants manifestent dans les rues de Marseille contre les réformes que prône le gouvement pour l'éducation et la suppression de 16 000 postes.

Des enseignants manifestent dans les rues de Marseille contre les réformes que prône le gouvement pour l'éducation et la suppression de 16 000 postes.AFP/BORIS HORVAT

Après la justice, c'est au tour de l'éducation nationale de marquer un recul dans les classements internationaux. Selon une note du Centre d'analyse stratégique (CAS), organisme rattaché à Matignon, notre pays est celui qui possède le plus faible nombre de professeurs par élève parmi les 34 membres de l'OCDE.

Avec 6,1 enseignants pour 100 élèves ou étudiants, la France est bonne dernière, loin derrière la Suède, connue pour son fort taux de fonctionnaires, mais aussi très en dessous de la Grèce ou du Portugal, où le taux d'encadrement monte à 9 professeurs pour 100 élèves ou étudiants. Plus précisément, si la France est dans la moyenne pour le collège et le lycée, avec un taux de 7,1 enseignant pour 100 élèves, elle dégringole pour le primaire et l'enseignement supérieur, où on ne compte que 5 enseignants pour 100 étudiants ou élèves.

CESSER LE NON-REMPLACEMENT SYSTÉMATIQUE D'UN FONCTIONNAIRE SUR DEUX

"Entre 2003 et 2008, l'éducation nationale et la recherche contribuent pour les deux tiers aux départs à la retraite des fonctionnaires des ministères civils. Le taux de remplacement des personnels titulaires de l'éducation nationale et de la recherche est passé de 110 % en 2003 à 63 % en 2008 (de 122 % à 71 % pour les personnels enseignants de ces ministères)", peut-on lire dans la note.

Entre 2007 et 2010, 50 000 postes d'enseignant ont été supprimés dans le primaire et le secondaire. Les effectifs doivent être réduits d'autant d'ici à 2013. Mais le rapport du CAS préconise de cesser la systématisation du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux :"Partant d'un taux d'encadrement plutôt faible dans le primaire et le supérieur par rapport aux autres pays de l'OCDE, l'ajustement à la baisse des effectifs doit nécessairement être différencié par niveau d'éducation", explique le rapport, qui note également que le salaire des enseignants français est "faible en comparaison internationale".

QUALITATIF ET QUANTITATIF

Lors de ses vœux aux personnels de l'éducation, le 19 janvier, Nicolas Sarkozy a continué de défendre les suppressions de postes, expliquant : "Dans la société française nous devons réfléchir autrement qu'en quantité, mais en qualité". Selon le chef de l'Etat, "il y a 600 000 enfants de moins et il y a 45 000 enseignants de plus" qu'au début des années 1990. "La réponse ne peut pas être celle uniquement du nombre des effectifs, la réponse c'est celle de la qualité de formation et de la qualité de rémunération".

Des chiffres relativisés par le même Nicolas Sarkozy lors de son émission sur TF1, le 11 février : "Depuis 20 ans, il y a 500 000 élèves en moins et 34 000 enseignants en plus", avait alors expliqué le chef de l'Etat. Qui n'avait pas souhaité répondre sur ce sujet, se contentant d'expliquer qu'il était temps "d'arrêter de se focaliser sur le quantitatif et de se mettre sur le qualitatif". Environ 16 000 postes ne seront pas renouvelés à la rentrée 2012 dans l'éducation.

Le Monde.fr

mardi 15 février 2011

Fiscalité: la droite veut détricoter le modèle social français

Benoît Hamon a souligné le danger que font peser sur notre système social les déclarations de François Baroin et Laurence Parizot, concernant le financement de la dépendance et l'ISF.

«Madame Parizot dit qu’il y a désormais un nouveau risque, celui du vieillissement et vis-à-vis de ce risque, c’est à chacun selon ses moyens», a souligné le porte-parole du PS, qui raappelle que la patronne du Medef «refuse le principe selon lequel demain la dépendance ouvre un 5e risque pris en charge par la sécurité sociale et refuse que ce soit la solidarité nationale qui assure l’égalité devant le vieillissement, l’égalité devant la dépendance des citoyens, quels que soient leurs niveaux de revenus». Plus vous serez riches, mieux vous serez protégés.

Concernant la déclaration de François Baroin qui évoque l’ISF, Benoît Hamon a rappellé que «l’ISF, c’est 1,5% des Français». Il a décrypté la proposition du ministre du budget qui consiste à ce que «seulement 300.000 personnes puissent être exonérées de l’impôt sur la fortune».
«On dit du côté du patronat, que pour la dépendance, ce sera chacun selon ses moyens, et pour ce qui est de la fiscalité, on dit à ceux qui peuvent le plus, on va vous faire un cadeau supplémentaire» a-t-il conclu.

Propositions

Il a rappellé les propositions du PS «d’augmenter les prélèvements sur le capital, notamment sur les cessions de plus values immobilières, d’augmenter les prélèvements quand il s’agit de successions, là où aujourd’hui 95 % des successions grâce à la droite sont exclues de l’impôt», ainsi que la propositiuon d'un «grand impôt sur le patrimoine qui rééquilibre les prélèvements entre le capital et la travail et rétablisse de la justice sociale.»


lundi 14 février 2011

MAM et Tunisie: effets collatéraux

Démission du ministre des affaires étrangères tunisien




Le chef de la diplomatie tunisienne, Ahmed Abderraouf Ounaïes, a présenté sa démission au gouvernement de transition, a indiqué dimanche 13 février l'agence officielle tunisienne TAP, citant un communiqué du ministère.

Le ministre, qui avait intégré le 27 janvier le gouvernement remanié de Mohamed Ghannouchi, avait été épinglé pour ses propos sur la révolution tunisienne et sa "déclaration à MAM". En visite le 4 février à Paris, M. Ounaïes n'avait pas tari d'éloges sur son hôte, Michèle Alliot-Marie. "J'aime écouter Mme Alliot-Marie en toutes circonstances et dans toutes les tribunes", avait affirmé cet ambassadeur à la retraite de 75 ans.

M. Ounaïes avait salué en elle "avant tout une amie de la Tunisie", alors que "MAM" était sommée au même moment de s'expliquer en France pour avoir bénéficié des largesses d'un grand patron tunisien lié en affaires avec le clan Ben Ali et pour avoir proposé au régime vacillant de Ben Ali le "savoir-faire" des policiers français au moment où la répression battait son plein.

Depuis cette visite, M. Ounaïes n'avait quasiment pas exercé ses fonctions de chef de la diplomatie.
Le 7 février, il avait été chahuté par des fonctionnaires des affaires étrangères qui manifestaient devant et dans l'enceinte de son ministère en réclamant son départ immédiat après ses propos tenus à Paris. Il avait alors pris ses affaires et quitté le ministère.

dimanche 13 février 2011

"Une fronde comme celle-là, je n'en ai jamais connu"

Badinter dénonce "une terrible accusation" contre les magistrats

Robert Badinter (AFP)

Le sénateur socialiste et ancien garde des Sceaux Robert Badinter reproche à Nicolas Sarkozy, dans un entretien à Libération samedi 12 février, d'avoir porté "une terrible accusation" contre les magistrats qui explique la fronde, selon lui inédite, de ce corps.
"Quand le président de la République déclare 'Il y a faute', cela signifie que des magistrats ont été des facilitateurs du crime. C'est une terrible accusation contre des magistrats dont la mission est précisément de poursuivre des criminels", explique Robert Badinter.
"Une fronde comme celle-là, je n'en ai jamais connu", poursuit-il, ajoutant: "Les propos de Nicolas Sarkozy ont été l'étincelle. Mais la poudre était accumulée depuis longtemps."

Opposé aux jurés populaires

L'ancien ministre de la Justice exprime par ailleurs son rejet d'un durcissement de la justice des mineurs qui "doit demeurer une justice à part, avec des juges et des éducateurs spécialisés".
Robert Badinter se montre également très réticent à l'idée d'introduire des jurés populaires en correctionnelle: "Nicolas Sarkozy oublie l'essentiel: juger est un métier qui demande un savoir et une expérience."
"Cet appel à des jurés en correctionnelle est une forme de défiance à l'encontre des magistrats, trop laxistes aux yeux du président", selon lui.

samedi 12 février 2011

Départ d'Hosni Moubarak

Je me réjouis du départ d’Hosni Moubarak. C’est une grande victoire du peuple égyptien qui ouvre une nouvelle page de son histoire.
Il faut maintenant aller au plus vite vers la démocratie.
Je rends hommage à la détermination et au courage des milliers d’Egyptiens qui se sont mobilisés depuis plusieurs semaines. Ils ont montré beaucoup de force et de responsabilité face à la répression.
La France et l’Europe doivent être aux côtés du peuple égyptien dans sa volonté de mener à bien la construction d’un Etat libre et démocratique.

Martine Aubry

vendredi 11 février 2011

Nouveaux tarifs

Redevance assainissement:
Désertines et Montluçon: + 5,09 %
Domerat: + 5,97 %
Lamaids: + 7,60 %
Lavault Sainte Anne: + 12,08 %
Lignerolles: + 12, 80 %
Prémilhat: + 10,67 %
Quinssaines: + 8,46 %
Saint Victor: + 15,68 %
Teillet Argenty: + 11,27 %

Abonnement assainissement
Désertines et Montluçon : + 62,90 %

jeudi 10 février 2011

En campagne avec René Souchon


A l'occasion d'une visite des chantiers de l'ANRU à Fontbouillant, financés par la Région, René Souchon est venu soutenir les candidats montluçonnais aux élections cantonales.
L'occasion d'une visite du quartier et de fructueuses rencontres avec les habitants, visiblement ravis de pouvoir converser avec le Président de Région.


mercredi 9 février 2011

L'éditorial de Laurent Joffrin

Confrérie

Le syndrome du jet privé a encore frappé. Après MAM, François Fillon est épinglé pour avoir bénéficié - cette fois directement - de la complaisance intéressée d’un dictateur aux méthodes brutales et à la fortune louche. Cette manie qu’ont certains puissants de se faire inviter partout sans se soucier de la qualité morale de ceux qui les invitent, ni des conséquences symboliques de ces facilités ambiguës, finit par éclater au grand jour. A vrai dire, ils ne sont pas les seuls : le jeu croisé des services rendus anodins mais dispendieux concerne toutes sortes de professions, à commencer par les journalistes. Pour cette raison, le Premier ministre et sa ministre des Affaires étrangères doivent se dire qu’on les attaque pour des broutilles, qu’il y a là une opération, qu’on pourrait dénoncer ces pratiques dans tous les milieux, y compris dans les rangs de l’opposition. Défense légitime, mais défense faible. Ce voyage «no cost» traduit un phénomène plus sérieux. Les connivences qu’on a observées à Paris dans l’affaire Bettencourt, se retrouvent à l’échelle internationale. Les gouvernants se fréquentent et s’entraident dans les petites et les grandes choses, comme les membres d’une confrérie suprême qui finit par mépriser les critères éthiques du commun des mortels et se soucie comme d’une guigne de l’ennuyeuse question des droits de l’homme. Et quand les pourvoyeurs de ces passe-droits sont des présidents voleurs et des tortionnaires galonnés, on comprend que l’opinion s’émeuve.

mardi 8 février 2011

Soutenons l'équipe montluçonnaise de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

Dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques, une restructuration des services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse est en marche.

Suite à l'annonce de la fermeture de 5 Unités Educatives de Milieu Ouvert dans la région AUVERGNE dont 2 UEMO dans l'ALLIER : MOULINS et MONTLUCON (la plus importante unité), de nombreuses actions sont en cours : grèves, pétitions, rencontres avec les élus, etc...

Nous avons obtenu une audience à l'Administration Centrale de la PJJ ce vendredi 11 février 2011.

Nous devons nous mobiliser pour dire :

NON ! À ces fermetures arbitraires et incohérentes !

NON ! À la casse du service public de proximité !

Un rassemblement est prévu

MERCREDI 09 FEVRIER 2011 A 17H30 DEVANT LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE MONTLUCON.

Venez nous soutenir et échanger avec nous.

IL EN VA DE L'AVENIR DE LA PJJ ET DE L'ACCOMPAGNEMENT DE NOS JEUNES ET DE LEUR FAMILLE.

NOUS NE BAISSERONS PAS LES BRAS !

Ces propositions sont inacceptables ! Il est encore possible de changer les choses !

L'équipe de la PJJ de MONTLUCON


Le PS rencontre Lula à Dakar

La délégation socialiste a rencontré l'ancien président brésilien Lula Da Silva à Dakar, lors du forum social mondial.

délégation française et Lula 3 par Parti socialiste

L'occasion d'échanger sur le G20 et le besoin d'une nouvelle régulation internationale.

«Pendant le G20, on dirait qu'il n'y a aucun problème et qu'on ne parle jamais de chômage», a expliqué l'ancien président brésilien (2002-2010), qui s'occupe aujourd'hui de sa fondation.

«On a surtout parlé du prochain G20 et de la façon de travailler ensemble entre pays progressistes», a ensuite expliqué Martine Aubry.
«On a aussi beaucoup parlé des relations entre l'Amérique du Sud et l'Afrique. L'Afrique commence à s'en sortir, ce que l'Europe a du mal à comprendre, mais ce que d'autres pays comme la Chine et l'Inde ont compris», a expliqué la première secrétaire du PS.
«Il faut réfléchir à la façon dont on peut poser ensemble les bases d'un autre modèle de développement. Il (Lula) a la conviction qu'il n'y a pas aujourd'hui de leader dans le monde et surtout en Europe capable de porter ce changement», a analysé Martine Aubry.

http://www.parti-socialiste.fr/articles/le-ps-rencontre-lula-a-dakar

lundi 7 février 2011

Rions un peu

Une partie du conseil municipal de Montauban a participé à un clip vantant les mérites de la ville. Pour un résultat navrant. La mode du Lipdub a débarqué en France, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur, ce sont ces clips vidéos réalisés en playback et plan-séquence dans un esprit de créativité, souvent par des agences de communication qui rivalisent d'ingéniosité pour vanter leurs mérites. On y voit des collaborateurs déchaînés, qui se prennent pour des stars le temps d'une chanson en total bon esprit. Et puis il y a le pire, dont l'emblème restera le Lipdub des Jeunes Populaires de l'UMP, sur l'air de Tous ceux qui veulent changer le monde, et qui avait provoqué de nombreux commentaires ironiques, jusque dans les rangs de la majorité.

Malgré ça, le conseil municipal de Montauban s'est essayé à cet art. Et malheureusement, l'essai n'est pas transformé. La maire de la cité du Tarn-et-Garonne, Brigitte Barèges, était pourtant prévenue puisqu'elle appartient au bureau national de l'UMP. Mais rien n'y a fait, le Lipdub se révèle un clip partisan à sa gloire, et qui ne cesse de vanter l'amélioration des conditions de vie dans la ville depuis 10 ans... soit exactement le moment où elle a été élue pour la première fois !

dimanche 6 février 2011

samedi 5 février 2011

Le dessin du jour

Cliquer sur le dessin pour le voir dans son entier1.jpg

vendredi 4 février 2011

Dans le canton de Marcillat

jeudi 3 février 2011

31 janvier, la belle soirée des socialistes

P1312070
Les sections du Parti Socialiste de Commentry, Désertines, Domérat, Huriel, Montluçon et Prémilhat ont à la fois présenté leurs voeux 2011 et leurs candidats à l'élection cantonale pour les cantons renouvelables, à la Ferme des Ilets, devant plus de 200 militants et sympathisants venus soutenir leurs favoris.

Les voeux des socialistes

La présentation des candidats


Patrick Maire et Christine Bessege pour le canton de Marcillat
Marc Malbet et Pascale Lescurat pour le canton de Domérat - Montluçon Nord Ouest
Bernard Pozzoli et Juliette Werth pour le canton de Montluçon Ouest - Prémilhat - Quinssaine -Lamaids

mercredi 2 février 2011

Nouveau blog

La Fédération de l'Allier a créé un blog.
Pour le consulter, il suffit de cliquer sur le lien suivant : http://allier.parti-socialiste.fr
Ce sera l'outil de prédilection pour suivre la campagne des élections cantonales du PS, consulter la liste des candidats ou le projet départemental socialiste.
Bienvenue au petit nouveau !
compteur de visites - adresse ip