lundi 27 avril 2009

Soutien aux entreprises en difficulté

Le conseil communautaire devait délibérer ce soir sur la demande de report du loyer que la société Brea System doit régler à la CCI en 2009 (418 000 euros).

Certes, la période nous incite à tout mettre en œuvre pour soutenir notre tissu industriel.

Cependant, de telles mesures impliquent des contreparties évidentes et la possibilité d’agir en confiance.

Est-ce vraiment le cas ?

Brea System a, depuis sa création, bénéficié de :

  1. 824 000 € au titre de la prime d'aménagement du territoire pour la réalisation d'un programme d'investissements de 6 200 000 € et la création de 103 emplois permanents en trois ans. Convention signée le 17 juin 2004 et versée à hauteur de 30% à ce jour compte tenu d'engagement d'emplois non réalisée. A l'assemblée générale du 30 juin 2008, le commissaire au compte certifiait la présence de 78 emplois. Total perçu 274 600 €
  2. 309 000 € au titre de la prime régionale à l'emploi grands projets pour le financement de la création d'un nouvel établissement sur le site de la technopole de la Loue, convention signée le 26 /09 /05. Les conditions sont les mêmes que pour la prime d'aménagement du territoire. Montant reçu 50% soit 154 500€.
  3. 350 000 € d'avances conditionnées, convention signée le 06 décembre 2005 avec l'ANVAR concernant l'aide à l'innovation pour le développement d'un collecteur d'admission automobile. Aide versée à hauteur de 310 000€.

La SA Bréa System a donc perçu des deniers publics une somme de 739 100 € depuis son arrivée sur le site de la Loue en 2004.

Durant la même période la SA Bréa System ne parvient pas à équilibrer ses comptes (déficit cumulé de 477 526 au 01/01/2008), et, ce qui est difficile à accepter, l'actionnaire principal la Financiére BREA (représentée par le même Président et le même Directeur Général à savoir Messieurs Cédric Bréa et Alain Bréa) qui détient 100% du capital de Bréa System a demandé qu'on lui verse 75 000 € de dividendes.

Il faut aider ceux qui créent de la valeur ajoutée, ceux qui consomment et font tourner la machine économique.

Mais nous ne pouvons accepter que des patrons n'assument pas leur part de contribution à cet effort collectif.

Frédéric Kott a donc demandé,  bien sûr en vain, que le principal actionnaire Financiére BREA paie pour le compte de sa filiale les loyers que la SA BREA system ne peut régler à la CCI.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Enfin un qui ose dire tout fort, même si c'est soft, ce que tout le monde pense tout bas!

grognon a dit…

Soixante quinze mille euros...
ça bouffe de l'essence, les porsches.
c'est du pognon public qui fait donc vivre la famille, avec les vases communiquants...
On organise le pillage de la république.

taddei a dit…

Voilà une belle prise de position il faut du courage . par contre DADU ne pourra pas tenir 5 ans de plus en traitant ses opposants de menteurs. Pourquoi ne l'avez vous pas attaqué comme cela pendant la campagne des municipales?

Anonyme a dit…

Après avoir encensé la famille Bréa tant sur MNN qu'en leur remettant des insignes d'honneur, notre Dani préféré ne peut qu'être un ardent défenseur de ses amis, au même titre que notre Nico avec ses amis. Notre bon docteur Kott comme dirait notre dani préféré est certainement un menteur. D'ailleurs son pote Moncilovic est venu à la rescousse de Dani à la radio. Un tract de l'agglo en marche devrait suivre en toute logique.

Anonyme a dit…

ça continu ... A cette date, les salariés de bréa system n'ont pas été payé pour le mois de février 2010. La famille Bréa est en train de mendier des aides à Bercy.

Anonyme a dit…

est-ce cette affaire qui a inspiré j.p.moncilovic pour écrire cette triste caricature "meutre au-dessus d'un nid de cocos"(modulo une transposition droite-gauche évidemment)?

Anonyme a dit…

cette même famille qui a mis à genoux la fonderie de Vaux !!

compteur de visites - adresse ip