vendredi 20 mars 2009

Il ne faut pas mettre le préservatif à l'index

Les propos de Benoît XVI sur l’utilisation du préservatif et selon lesquels cette utilisation aggraverait le problème du Sida, témoignent d’une méconnaissance totale des impératifs de santé publique.

 



Ce sont des paroles gravissimes alors même que le Pape se rend sur le continent africain où la pandémie est très forte. Des centaines de milliers d’hommes et de femmes risquent d’être contaminés à cause de ces propos irresponsables.

 Les socialistes expriment leur consternation devant de telles déclarations qui ne peuvent être considérées comme un simple et nouveau dérapage de la part d’un Pape qui, après la levée de l’excommunication d’évêques intégristes, représente de plus en plus mal les catholiques attachés aux valeurs de tolérance et d’humanisme.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Quel boulet ce pape! Après la réintégration des intégristes, les contre-vérités sur le port de protection pendant l'acte sexuel afin d'éviter les MST que ce soit SIDA ou autre voila que tu viens à peine de finir ton article que celui-ci en remet une couche avec son opposition à l'avortement thérapeutique.... Et je me dis "Benoît que connais-tu de la vie? Toi aussi tu as un métier difficile et probablement que tu as dépassé le seuil de tes compétences....." Bref la religion catholique se veut amour, charité, bonté, générosité et bien d'autres choses encore que son patron semble sinon négliger a probablement enfoui dans un coin inextricable de sa mémoire. Je souhaite que ce petit post ne m'attirera pas les foudres des honnêtes croyants que je respecte

Anonyme a dit…

D'ailleurs,

"Ami, je veux ton avis, toi qui connais bien la vie,
Qu’est-ce qui se passerait si, à la stupeur de l’épiscopat, le papa Pie était papa ?

Mon ami à mon avis, c’est une question impie mais je ne la fuirai pas :
Si le pape était papa, son papa serait papy."

extrait de la chanson de joute "ami" des Fabulous Trobadors

grognon a dit…

L'église catholique par ses dirigeants, est loin de l'idéal de l'évangile. Ses abus de pouvoir à travers les siècles ont généré des schismes dans la chrétienté. La place de la femme, (comme pour les deux autres religions monothéistes), y est scandaleuse. L'Église refuse le préservatif et l'avortement, mais bénit les canons, à la manière du fondateur de l'Opus Déi par ailleurs béatifié. Le médecin qui sauve une enfant violée est excommunié mais pas son violeur. Le négationniste obtient compassion et réintégration. La charité est prônée mais pas appliquée.
L'abstinence sexuelle pratiquée (parait-il) par les hauts dignitaires de l'Église leur porte au cerveau et leur fait dire des âneries. Mais à ce niveau de responsabilités, les âneries proférées sont des défauts d'assistance à personnes en danger pour ne pas dire plus de crainte d'être traîné en diffamation. N'oublions pas l'esprit jésuite en vigueur dans l'Église dont je suis sorti parce que je n'y ai plus ma place. D'ailleurs le nombre de fidèles chute, chute...

Nicolas a dit…

J'adore le titre!

compteur de visites - adresse ip